Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Les Molaires Supérieures :

Le Monde Fonctionnel des Molaires: Pilier de la Mastication

Les molaires, au nombre de 12 (6 dans chaque mâchoire), dérivent leur nom de leur rôle vital dans le broyage et la mastication des aliments, contribuant ainsi au processus de digestion. En plus de cette fonction, elles jouent un rôle crucial dans le maintien de la dimension verticale d’occlusion, assurant une morsure correcte. slot garansi kekalahan

Exploration des Molaires : Architectes de la Mastication

Introduction :

Les molaires, au nombre de 12 et réparties équitablement entre les mâchoires, revêtent une importance cruciale dans le processus de mastication et de digestion. Plongeons dans le rôle fondamental de ces dents polyvalentes.

Origines Dentaires uniques :

Ces 12 molaires émergent directement de la première lame dentaire, inaugurant une série de fonctions spécialisées dans chaque hémi-arcade maxillaire ou mandibulaire.

La “Dent de 6 Ans” – Première Molaire :

Au cœur de l’arcade dentaire, la première molaire, éclatant entre 6 et 7 ans, prend en charge la mastication initiale.

La “Dent de 12 Ans” – Deuxième Molaire :

Juste derrière, la deuxième molaire, apparue vers 12 ans, complète le rôle de la première dans le processus masticatoire.

La “Dent de Sagesse” – Troisième Molaire :

La plus éloignée, la troisième molaire, souvent appelée dent de sagesse, émerge entre 17 et 25 ans, marquant le passage à l’âge adulte.

Séquence d’éruption et Importance Temporelle :

Entre 6 et 18 ans, les molaires suivent une séquence d’éruption, s’intégrant harmonieusement dans le développement dentaire et assurant ainsi une mastication progressive.

Hiérarchie de Taille :

Observant une hiérarchie de taille décroissante, la première molaire, la plus grande, précède la deuxième et la troisième, la plus petite des trois.

Puissance dans la Mastication :

Dotées de la plus grande surface occlusale fonctionnelle, les molaires, en collaboration avec les prémolaires, se distinguent par leur rôle essentiel dans la mastication et la fragmentation des aliments.

Structure Distincte :

Arborant plusieurs cuspides, dont au moins deux cuspides vestibulaires, les molaires se caractérisent également par la présence de 2 à 3 racines, renforçant leur stabilité structurelle.

Origine Dentaire Unique : Ces dents naissent directement de la première lame dentaire, ne remplaçant aucune dent temporaire. Chaque hémi-arcade maxillaire ou mandibulaire compte trois molaires, chacune avec sa propre fonction spécifique.

La Première Molaire – La “Dent de 6 Ans” : Proche du centre de l’arcade dentaire, elle assure une mastication initiale et émerge entre 6 et 7 ans.

La Deuxième Molaire – La “Dent de 12 Ans” : Située immédiatement derrière la première molaire, elle joue un rôle complémentaire dans la mastication et éclot vers l’âge de 12 ans.

La Troisième Molaire – La “Dent de Sagesse” : La plus éloignée dans l’arcade dentaire, cette molaire émerge entre 17 et 25 ans, marquant souvent le passage à l’âge adulte.

Séquence d’éruption : Les molaires suivent une séquence d’éruption entre 6 et 18 ans, s’alignant avec le développement dentaire. En tandem avec les prémolaires, elles forment le groupe des dents postérieures à cuspides.

Taille Décroissante : Suivant une tendance de taille décroissante, la première molaire est la plus grande, suivie de la deuxième molaire, puis de la troisième, la plus petite des trois.

Surface Occlusale Étendue : Avec la surface occlusale la plus étendue de toutes les dents, les molaires sont des acteurs clés dans la mastication, fragmentant efficacement les aliments.

Structure Caractéristique : Dotées généralement de plusieurs cuspides, les molaires présentent au moins deux cuspides vestibulaires. En outre, elles possèdent typiquement 2 ou 3 racines, contribuant à leur stabilité et fonctionnalité.

Les molaires, à travers leur variété et leur structure, restent des pièces maîtresses essentielles pour le système dentaire humain.

Exploration de la “Dent de 6 Ans” : Première Molaire Supérieure

La première molaire supérieure, souvent désignée comme la “dent de 6 ans”, offre une anatomie unique qui la distingue au sein du système dentaire. Plongeons dans ses caractéristiques distinctives.

Asymétrie Anatomique :

Une particularité marquante de cette molaire réside dans l’asymétrie de ses faces proximales, avec une face linguale plus large que la face vestibulaire, conférant une orientation divergente vers la langue.

Disposition Anatomique au Col :

Au niveau du col de la dent, la face linguale se réduit, créant une disposition anatomique distinctive qui la rend aisément reconnaissable.

Crête Oblique ou “Pont d’Émail” :

Une caractéristique constante est la présence d’une crête oblique, communément appelée “pont d’émail”, qui traverse la surface occlusale, reliant les sommets des cuspides mésio-linguale et disto-vestibulaire.

La Cinquième Cuspide – Tubercule de Carabelli :

La face linguale de la cuspide mésio-linguale peut arborer un relief distinct, connu sous le nom de cinquième cuspide ou tubercule de Carabelli, ajoutant une dimension variable à cette molaire.

Variabilité Anatomique :

La taille et le développement du tubercule de Carabelli peuvent varier d’un individu à l’autre, contribuant à la diversité observée dans la morphologie dentaire.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Face vestibulaire: la couronne à une forme trapézoidale, la grande base se situe au niveau du contour occlusal.

Les molaires supérieures

Décortication de l’Anatomie des Cuspides de la Première Molaire Supérieure : “Dent de 6 Ans”

La première molaire supérieure, reconnue comme la “dent de 6 ans”, intrigue par son anatomie complexe, particulièrement au niveau de ses cuspides. Plongeons dans les détails de cette structure unique.

Cuspides Vestibulaires et Linguales :

Quatre cuspides au total se dévoilent : deux vestibulaires du côté de la joue et deux linguales du côté de la langue.

Cuspide Mésio-Vestibulaire et Disto-Vestibulaire :

La cuspide mésio-vestibulaire se distingue par sa taille, surpassant sa contrepartie disto-vestibulaire. Le contour occlusal offre une caractéristique distinctive.

Contours Cervical Vestibulaire et Mésial-Distal :

Le contour cervical vestibulaire, en forme d’accolade avec concavité occlusale, crée une symétrie singulière. Les contours mésial et distal présentent des nuances de convexité, apportant une dynamique à la couronne.

Faces Vestibulaire et Linguale :

Les faces vestibulaire et linguale reflètent une symétrie étonnante, avec une surface vestibulaire marquée par la juxtaposition de deux convexités cuspidiennes.

Cuspides Mésio-Linguale et Disto-Linguale :

La cuspide mésio-linguale domine, occupant la majorité du diamètre mésio-distal. La cuspide disto-linguale, légèrement plus courte, ajoute à l’équilibre.

Sillon Intercuspidien Lingual :

Le sillon intercuspidien lingual, traversant la surface linguale jusqu’à la surface occlusale, délimite la cuspide disto-linguale et se conclut par le “puits lingual”.

Cinquième Cuspide ou Tubercule de Carabelli :

La face mésio-linguale peut révéler la cinquième cuspide ou le tubercule de Carabelli, une caractéristique dont la manifestation varie individuellement.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Exploration Approfondie de l’Anatomie de la Première Molaire Supérieure : Faces Mésiale et Distale

Face Mésiale : Un Trapèze de Complexité

La première molaire supérieure dévoile une face mésiale trapézoïdale, mettant en avant les cuspides mésiales. La cuspide mésio-linguale, légèrement plus courte, contribue à l’équilibre du contour occlusal. Le relief convexe de la surface mésiale, orné du tubercule de Carabelli, crée une esthétique unique. La ligne cervicale, subtilement convexe, ajoute à la symétrie de cette vue fascinante.

Racine Mésio-Vestibulaire : Une Base Large et Plate

La racine mésio-vestibulaire, large et plate, offre une stabilité structurale cruciale. Contrastant avec la racine linguale, évoquant la forme d’une “banane”, elle guide le regard vers l’extérieur de la couronne, dépassant élégamment le contour coronaire lingual.

Face Distale : Symétrie et Convexité

La face distale de la première molaire supérieure reflète la symétrie observée du côté mésial. Le point de contact central dans le tiers occlusal assure une continuité visuelle. Une surface distale régulièrement convexe vient compléter l’harmonie de cette vue.

Synthèse de la Complexité Anatomique :

En somme, l’anatomie de la première molaire supérieure démontre une interconnexion habile entre les éléments. Les cuspides mésiales, le tubercule de Carabelli, et les racines distinctes convergent pour créer une dent d’une esthétique saisissante. Cette exploration approfondie offre un regard privilégié sur la diversité et la symétrie qui caractérisent cette pièce maîtresse de la dentition.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Anatomie de la Face Occlusale de la Première Molaire Supérieure

La face occlusale de la première molaire supérieure révèle une architecture complexe, fusionnant fonctionnalité et esthétique. Explorez avec nous les éléments qui composent cette pièce maîtresse dentaire :

Forme Distinctive du Trapèze :

La face occlusale adopte une forme trapézoïdale, avec une base mésiale expansive. Des contours festonnés confèrent une asymétrie subtile, tandis que le tubercule de Carabelli, le cas échéant, ajoute une nuance distincte au lobe mésial.

Contours Proximaux et Séparations Harmonieuses :

Les contours proximaux, habilement coupés par les sillons marginaux, créent une séparation visuelle harmonieuse. Cette symétrie délicate contribue à l’équilibre esthétique de la face occlusale.

Composition Diversifiée des Éléments :

Découvrez un tableau complexe d’éléments, comprenant 4 cuspides, 3 sillons, 3 fossettes et 2 crêtes marginales. Chaque détail contribue à la fonction cruciale de mastication de la première molaire supérieure.

Cuspides en Harmonie :

Les 4 cuspides s’entremêlent dans une danse fonctionnelle. La cuspide mésio-palatine domine, accompagnée de la cuspide vestibulo-mésiale, de la cuspide vestibulo-distale, et de la cuspide disto-linguale. Le “pont d’émail” lie les cuspides palato-mésiale et vestibulo-distale, ajoutant une note de continuité.

Sillons et Fossettes :

Les sillons intercuspidiens tracent des chemins distincts, tandis que les fossettes, principalement mésiale et distale, créent des points de convergence. La fossette centrale, telle une étoile triangulaire, ajoute une dimension intrigante.

Crêtes Marginales :

L’asymétrie entre la crête marginale mésiale, longue et proéminente, et la crête marginale distale apporte une dynamique visuelle. Ces crêtes guident le regard à travers la topographie complexe de la face occlusale.

Puits Central :

Le puits central, niché au cœur de la fosse centrale, symbolise la convergence des forces occlusales. Il incarne l’essence de la première molaire supérieure, prête à prendre en charge le processus de mastication avec une précision inégalée.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Exploration Profonde : Anatomie des Racines de la Première Molaire Supérieure

La première molaire supérieure, joyau de l’arcade dentaire, se distingue par une anatomie racinaire élaborée. Plongeons dans les détails fascinants de ses trois racines et de la complexité qui les caractérise :

Trois Racines, Une Harmonie Structurale :

La première molaire supérieure se dresse avec trois racines majestueuses : deux racines vestibulaires, à savoir vestibulo-mésiale et vestibulo-distale, et une racine palatine. Chacune contribue à la stabilité et à la fonction exceptionnelle de cette dent.

Hiérarchie de Robustesse :

L’ordre de robustesse racinaire crée un équilibre subtil. La racine palatine, solide et imposante, domine, suivie par la racine vestibulo-mésiale, tandis que la racine vestibulo-distale, plus délicate, apporte sa contribution avec élégance.

Trajectoires Distinctes :

Les racines vestibulaires, étroites mésiodistalement, révèlent des trajectoires intrigantes. La mésiale s’inscrit dans une courbure subtile, tandis que la distale présente une concavité délicate. La racine palatine, inclinée avec grâce, ajoute une dynamique visuelle.

Visibilité Artistique :

L’œil attentif peut apprécier la danse des contours racinaires. La racine mésiovestibulaire dévoile son côté mésial, laissant entrevoir une partie du côté distal de sa comparse distovestibulaire.

Chambre Pulpaire Monumentale :

À l’intérieur de cette dent majestueuse réside une chambre pulpaire spacieuse. Ses quatre coins, en harmonie avec les cuspides, rappellent la symphonie anatomique qui préside à la fonctionnalité de la dent.

Canal Palatin :

Le canal palatin, accessible et généreux, suit une trajectoire oblique avec une élégante inclinaison distale. Sa simplicité cache une complexité fonctionnelle qui alimente la vitalité de la dent.

Canaux Vestibulaires :

Les canaux vestibulaires, à la fois étroits et délicats, s’entrelacent avec grâce. Le canal vestibulo-mésial, aplati dans le sens mésio-distal, dévoile une courbure mesiale subtile, tandis que son homologue distal suit une trajectoire courbée avec grâce.

L’anatomie racinaire de la première molaire supérieure est un tableau vivant de la nature artistique de la dentisterie. Chaque courbe, chaque inclinaison raconte une histoire fonctionnelle, faisant de cette dent un chef-d’œuvre anatomique.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Exploration Dentaire : La Deuxième Molaire Supérieure et Ses Variantes

La deuxième molaire supérieure, sœur cadette de la première, partage une base anatomique similaire tout en arborant des variations subtiles. Plongeons dans les nuances de son anatomie et de ses variantes distinctes :

Le Classique à 4 Cuspides :

Dans la forme la plus fréquente, la deuxième molaire supérieure aligne ses quatre cuspides occlusales de manière harmonieuse. La silhouette trapézoïdale en vue occlusale est une signature visuelle familière.

Cuspide Disto-Linguale Redimensionnée :

Un trait distinctif de cette variante réside dans la cuspide disto-linguale, légèrement réduite en taille par rapport à ses homologues. Cette subtilité apporte une touche de singularité à la deuxième molaire, la distinguant de sa prédécesseure.

Pont d’Émail : Élégance Réduite :

Dans cette interprétation particulière, le pont d’émail, cette crête émaillée reliant les cuspides, se présente avec une élégance réduite. Une variation délicate qui confère à la deuxième molaire une esthétique unique.

Ces variations, bien que subtiles, apportent une diversité fonctionnelle à la deuxième molaire supérieure. Elles illustrent la complexité de l’adaptation anatomique dans le monde dentaire, où même des nuances infimes jouent un rôle essentiel dans la fonction masticatoire. La deuxième molaire supérieure, avec son mélange d’éléments constants et de détails distincts, s’intègre avec grâce dans l’orchestre complexe de la cavité buccale.

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Variante Triangulaire : La Deuxième Molaire Supérieure à Trois Cuspides

Au sein de la palette anatomique dentaire, la deuxième molaire supérieure nous surprend par sa variante triangulaire à trois cuspides. Explorez les particularités de cette configuration distinctive :

Silhouette Triangulaire :

Distinguez-vous par sa silhouette, cette variante exhibe une couronne en forme de triangle en vue occlusale. Un design singulier où le sommet trouve sa place du côté lingual, apportant une esthétique différente.

Cuspides Vestibulaires Dominantes :

Bien que l’essence des cuspides vestibulaires demeure, la cuspide disto-linguale se fait discrète, voire absente. La cuspide vestibulo-distale réduit sa taille, équilibrant ainsi la symétrie avec son homologue mésiale.

Cuspide Mésio-Linguale Révélée :

L’absence partielle de la cuspide disto-linguale offre une perspective nouvelle. Une portion significative de la cuspide mésio-linguale s’affiche entre les cuspides vestibulaires, ajoutant une dynamique visuelle à cette variante.

Cette deuxième molaire supérieure à trois cuspides, par sa forme triangulaire distinctive, défie les attentes classiques. Bien que modifiant légèrement sa fonction dans le processus de mastication, cette variante reste une illustration fascinante de la diversité anatomique dentaire. Une pièce unique dans le puzzle complexe de la cavité buccale.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Détails Anatomiques de la Deuxième Molaire Supérieure à Trois Cuspides

La variante à trois cuspides de la deuxième molaire supérieure offre une perspective anatomique distinctive, soulignant des détails particuliers qui la distinguent de ses homologues. Plongeons dans ces caractéristiques spécifiques :

Saillie Accentuée des Cuspides Palatines :

Dans cette variation, les cuspides palatines se démarquent par une saillie plus marquée. Leur proéminence, sans le tubercule de Carabelli, crée une topographie occlusale unique, séparant cette variante de la molaire typique à quatre cuspides.

Dimensions de la Couronne Équilibrées :

Bien que la dimension occluso-cervicale en vue mésiale soit plus courte que celle de sa prédécesseure, la dimension vestibulo-linguale reste remarquablement équilibrée. Cette symétrie crée une couronne aux proportions distinctes.

Concavité Modérée au Tiers Cervical :

Contrairement à la première molaire supérieure, la couronne de cette variante présente une concavité moins prononcée au niveau du tiers cervical. Cette caractéristique confère à la couronne une forme rectangulaire, déviante de l’inclinaison plus marquée de sa contrepartie.

Zone de Contact Proximal Élargie :

La zone de contact proximal prend une ampleur accrue, jouant un rôle crucial dans l’articulation avec les dents voisines. Sa texture irrégulière, particulièrement dans le sens vestibulo-lingual, influence l’alignement et la fonction de cette molaire au sein de l’arcade dentaire.

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Anatomie Racinaire et Pulpaire de la Deuxième Molaire Supérieure : Différences Notables

La deuxième molaire supérieure, qu’elle adopte trois ou quatre cuspides, révèle une organisation racinaire qui partage des similitudes avec la première molaire supérieure, mais qui présente également des différences marquantes :

1. Racines Plus Étroites et Proximité Caractéristique :

Les racines de la deuxième molaire supérieure se distinguent par leur étroitesse accrue, démontrant fréquemment une tendance à se rapprocher ou même à fusionner à certains endroits. Cette proximité distinctive ajoute une dimension à la complexité racinaire de cette dent.

2. Inclinaison Accentuée des Racines Vestibulaires :

Les racines vestibulaires, bien que plus étroites dans le sens mésiodistal, affichent une inclinaison plus prononcée vers le contour distal par rapport à leur homologue de la première molaire supérieure. Cette inclinaison modifiée doit être prise en compte lors des procédures dentaires.

3. Canal Radiculaire Additionnel dans la Racine Mésio-Vestibulaire :

Alors qu’on pensait initialement qu’une seule voie canalaire résidait dans chaque racine, des études récentes ont établi la présence de deux canaux dans environ 60% des cas de la racine mésio-vestibulaire. Cette complexité accrue nécessite une attention particulière lors des traitements endodontiques.

4. Réduction Graduelle du Diamètre de la Chambre Pulpaire :

La chambre pulpaire de la deuxième molaire supérieure présente une caractéristique distinctive avec un diamètre qui diminue progressivement en se dirigeant de la région vestibulo-linguale vers la région cervicale. Cette variation anatomique peut influencer les procédures endodontiques et nécessite une approche adaptative.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

La Troisième Molaire Supérieure : Dent de Sagesse aux Multiples Facettes

La troisième molaire supérieure, communément appelée dent de sagesse, se démarque par sa nature exceptionnellement variable en termes de dimensions, de formes et de modalités d’éruption. Cette diversité est le résultat de plusieurs facteurs, dont l’évolution de l’anatomie buccale au fil du temps.

1. Variabilité Dimensionnelle et Formelle :

Contrairement aux premières et deuxièmes molaires supérieures, la troisième molaire tend à être la plus petite. Cependant, il est crucial de souligner que sa taille et sa forme varient considérablement d’un individu à l’autre. Certains présentent des dentitions de sagesse bien formées et de petite taille, tandis que d’autres peuvent présenter des anomalies de développement telles que des formes partielles, des impacts ou des positions anormales.

2. Modalités d’Éruption Éminemment Variables :

Les modalités d’éruption des troisièmes molaires sont également hautement variables. Certains individus peuvent vivre toute leur vie sans voir l’éruption complète de leurs dents de sagesse, tandis que d’autres les développent normalement et les utilisent fonctionnellement. Les situations où les troisièmes molaires sont incluses, piégées sous la gencive sans éruption normale, ne sont pas rares.

3. Complexité dans l’Évaluation et le Traitement :

En résumé, la troisième molaire supérieure incarne une complexité anatomique qui rend son évaluation et son traitement dentaires souvent délicats. Une approche individualisée est essentielle, tenant compte des caractéristiques spécifiques de chaque dent de sagesse chez chaque patient. Cette variabilité souligne l’importance d’une gestion proactive et personnalisée des troisièmes molaires pour assurer une santé bucco-dentaire optimale.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Caractéristiques Anatomiques de la Troisième Molaire Supérieure : Dent de Sagesse

La troisième molaire supérieure, communément appelée dent de sagesse, se distingue par des caractéristiques anatomiques uniques sur ses différentes faces.

1. Face Vestibulaire :

La couronne de la troisième molaire, observée du côté vestibulaire, se caractérise par sa forme étroite et moins haute par rapport à la deuxième molaire supérieure. La cuspide disto-vestibulaire de la troisième molaire est généralement réduite par rapport à la cuspide mésio-vestibulaire, ajoutant à la spécificité de cette dent.

2. Face Linguale :

Sur la face linguale, il est fréquent que la cuspide distolinguale soit absente, donnant au contour occlusal une singularité avec généralement une seule cuspide, large dans le sens mésiodistal. La cuspide disto-vestibulaire sur la face linguale est également souvent réduite.

3. Face Occlusale :

Une particularité remarquable de la troisième molaire supérieure est que l’observation par la face distale permet de visualiser une grande partie de sa face occlusale. Cette caractéristique peut varier en fonction de l’anatomie spécifique de chaque dent de sagesse, ajoutant une dose de variabilité à cette région.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Anatomie Unique de la Troisième Molaire Supérieure : Dent de Sagesse

La troisième molaire supérieure, plus connue sous le nom de dent de sagesse, se distingue par des caractéristiques anatomiques particulières, contribuant à sa grande variabilité.

1. Contour Coronaire :

Le contour coronaire de la troisième molaire est généralement triangulaire, arborant parfois une forme en “cœur” dans les cas de développement optimal. Cette dent se caractérise souvent par trois cuspides, comprenant deux cuspides vestibulaires et une cuspide palatine. La cuspide disto-palatine a tendance à être réduite ou absente.

2. Pont d’Émail :

Le pont d’émail, s’il est présent, peut être difficile à repérer sur la troisième molaire. Cette caractéristique ajoute à la singularité de cette dent, soulignant sa variabilité anatomique.

3. Racines :

Les racines de la troisième molaire supérieure peuvent présenter des variations notables. La fusion des racines, les reliant les unes aux autres, est une caractéristique fréquente, marquée par des sillons. Le nombre de racines peut varier de trois à parfois cinq ou six, bien que ces dernières soient moins courantes.

En somme, la troisième molaire supérieure, ou dent de sagesse, offre une grande variabilité anatomique, que ce soit au niveau du contour coronaire, de la disposition des cuspides, ou de la structure des racines. Ces différences sont courantes et témoignent de l’individualité de chaque dent de sagesse d’une personne à l’autre.

Les molaires supérieures

Les molaires supérieures
Les molaires supérieures
Les molaires supérieures

Les molaires supérieures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You cannot copy content of this page

Retour en haut